La nouvelle stratégie du Recteur de l’AUF dans le développement des relations des universités avec les entreprises


Ce mercredi 25 mai à l’Institut français de Sofia (Bulgarie), le Recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), Jean-Paul de Gaudemar, participait à une table ronde avec les chefs d’entreprises francophones partenaires ou proches de l’École supérieure de la Francophonie pour l’Administration et le Management (ESFAM), et les directeurs des filières universitaires francophones.
Cette table ronde inédite est une concrétisation de la nouvelle vision stratégique du Recteur de l’AUF, qui souhaite décloisonner les mondes de l’université et de l’entreprise, convaincu que cet antagonisme est obsolète à l’ère de l’économie du savoir. Il a appelé à tisser des liens étroits avec les entreprises francophones, car la force d’une langue aujourd’hui est le produit du dynamisme des acteurs économiques qui la portent, et qui contribuent à la rendre attractive.

Si dans son allocution introductive, Monsieur l’Ambassadeur de France en Bulgarie, S. E. Xavier Lapeyre de Cabanes, a évoqué les multiples attraits de la langue française, il a également appelé de ses vœux un changement de perspective de la perception commune : d’une langue de culture à une langue des affaires.

Les entreprises, représentées notamment par le Président de la Chambre de commerce et d’industrie France Bulgarie, Stéphane Delahaye, le Vice-président du Business club Belgique Bulgarie Luxembourg, Philippe Wautelet, et de la Conseillère économique et commerciale de l’AWEX (Agence wallonne à l’exportation), Anne Defourny, ont insisté sur l’investissement massif des entreprises francophones dans la région et le succès de leur implantation. Leur développement est en partie freiné par leurs besoins en professionnels et en cadres de qualité. Ils ont appelé à une collaboration plus étroite avec les structures d’enseignement francophones en Bulgarie qui sont reconnues pour la qualité de la formation dispensée, et spécialement l’ESFAM.

Les filières francophones ont mis en avant, outre leur diversité (économie, gestion, chimie, technologie alimentaire, hôtellerie,…) et la qualité de leur enseignement, l’avantage compétitif que consiste la maîtrise du français sur le marché du travail, en plus de l’anglais et de la langue nationale.

L’ensemble des participants à cette table ronde se sont félicités du dialogue franc et authentique qu’ils ont pu mener, et qui nous permet d’envisager avec optimisme l’idée d’un espace francophone en synergie.

A PROPOS DE NOUS

Une filière universitaire francophone c'est:
  • Une formation universitaire de 1 à 5 ans;
  • des enseignements entièrement ou partiellement en français;
  • des diplômes internationalement reconnus;
  • un partenariat entre des universités bulgares et des universités des pays francophones;
  • des enseignements assurés par des professeurs issus de l’espace francophone.